vendredi 3 mars 2017

Lettre ouverte des élèves du primaire de kebekro aux autorités de Grand Lahou


Nous : enfants primairiens de 7 à IO ans du village de KEBEKRO, axe Grand Lahou-Braffêdon adressons cette lettre ouverte à toutes les autorités du département et de la région de Grand Lahou!

Notre petit village de KEBEKRO, n'ayant pas d'école primaire, nos pauvres parents nous ont inscrits à Braffêdon pour nous permettre de nous instruire et de devenir des grands demain!

Notre gros problème est que chaque matin, nous devons parcourir entre 7 à 8 km pour aller à l'école primaire de Braffê sur la voie principale ou circulent beaucoup de véhicule en tout genre allant des gros camion qui nous font peur aux voitures personnelles en passant par les taxi et mini cars de transports en commun.

Roulant à toute vitesse, nous avons d'abord peur de nous faire écraser. Ensuite aucun de ces tontons et tanties au volant, n'ose même s'arrêter pour nous prendre et nous déposer prés de notre école! Ils s'en foutent complètement…

A vous les autorités: nous vous demandons de penser à nous car nous parcourons pratiquement I5km en allé/retour comme si nous étions à l'époque coloniale et une fois à la maison, mort de fatigue, nous ne pouvons même pas étudier et ne pensons qu'a dormir ce qui joue sur nos résultats scolaires sans qu'on ne le fasse exprès!

A vous nous tontons autorités de Grand Lahou: Député/maire, préfet, sous-préfets, opérateurs économiques, transporteurs etc… pensez à nous vos enfants et petits-enfants!

Nous avons certes l'ambition de réussir à l'école mais nous vivons un vrai calvaire en ce 2I e siécle et croyons qu'une solution puisse être trouvée.
 
L'année scolaire avance bien et c'est bien maintenant que vous pouvez agir valablement car les grandes pluies arrivent bientôt et ce sera beaucoup plus triste pour nous!

Vous remerciant de vous pencher sur notre sérieux problème, nous terminons notre lettre par vous assurer de notre profond respect!

 
Merci à tonton Constant Oryone Trésor de nous avoir aidé à vous écrire cette lettre ouverte qui viens du tout profond de nos cœurs d'élèves du primaire de KEBEKRO!

Constant Oryone Trésor
Animateur Radio et
Producteur Privé de Programme AudioVisuel

Tel: 48 80 0I 3I / 5I 54 79 00

Érosion côtière à grand lahou plage: voici la vraie solution!





Beaucoup de choses ont été  dite sur l'érosion côtière à Lahou Kpanda mais aucun  début d'exécution des solutions prônées!
Raison principale: leurs coûts énormes pour le budget du Conseil régional des Grands Ponts.
Solution : inscrire ce problème dans un des programmes Présidentiel d'urgence ou trouver des partenaires internationaux à même d'y agir de face.

La nature agit en ce moment férocement et menace de faire disparaitre Kpanda dans les dizaines d'années à venir.
Que peux l'homme contre la nature?? Certains diront: RIEN!
 
Nous disons que l'intelligence de l'homme s'est tellement développé en ce dernier siècle qu'il parvient même à faire des "miracle".
Les Pays Bas ont un niveau en dessous de la Mer mais ne subissent que rarement de terribles inondations comme c'est le cas dans certains pays. Ceci parceque les hommes y ont fait un travail parfait. A Dubaï, ce qui semblait impossible il y a un siècle s'y est réalisé: construire des habitations de luxe sur la Mer et au Japon, par manque de terre, les hommes ont gagné la bataille sur la Mer pour y construire des maisons. Au Maroc, la Mosquée Hassan II à été construite entre terre, ciel et Mer (une bonne partie sur la Mer Méditerranée)…

C'est dire que gagner le combat sur la Mer est possible mais extrêmement COUTEUX.

En ce jour de nouveaux dispositifs luttant contre la force dévastatrice de la Mer sont en expérimentation en Indonésie et dans le sud-est asiatique avec d'excellents résultats.
D'énormes tuyaux de bétons armés préconfigurés pour détourner et atténuer l'impact des vagues sur les plages, sont placés comme barrières loin devant les plages (on les appelle aussi BRISE VAGUES) qui permettent d'en juguler la puissance. Résultat : la Mer et ses vagues y ont de moins en moins d'impacts négatifs. Pourquoi ne pas solliciter cette expertise au nom de la coopération décentralisée avec ces pays??
 
Aussi le projet de Port en eau profonde à Kpanda permettrait l'aménagement complet des bordures de l'océan en les BETONNANT et le débouchage de l'embouchure de Kpanda qui s'en suivra permettrait de régler définitivement le problème.
Il est même prouvé que le Tonnage de sable qui sortirait de cette embouchure pourrait permettre à Grand Lahou de vendre du sable de qualité aux opérateurs de la construction bâtiment de toute la région ce qui ferait des ressources additionnelles issues d'activités nouvelles pour la région et donc des emplois!

Il est donc question de trouver des partenariats  internationaux pour la réalisation effective de ce port et de contacter les autorités indonésiennes pour solliciter leur expertise en matière de dispositifs brise vague qui y ont déjà fait leurs bonnes preuves!


Constant Oryone Trésor



jeudi 2 mars 2017

l'eau du Bandama viendra-t-il un jour renforcer les capacités de la Sodeci?

 

C'est bien connu de toute la population de la ville de Grand Lahou: le manque d'eau est un casse-tête presque permanent selon les quartiers que l'on habite!
Sogefia et N'zida sont ceux qui en souffrent le plus quand les quartiers Populaire, autour de gare Kpanda Dallas, 20 villas et proximité et Gourosso s'en sortent tant bien que mal!

Le plus envié des quartiers étant Gourosso qui a de l'eau courante presqu'en permanence. Explication: le forage qui donne l'eau au château y est et avant de l'atteindre, à 3 km de là, Gourosso est bien servi!
Pendant les campagnes Présidentielles 20I0, il y a été annoncé, qu'un autre forage serait dans  les eaux du Bandama, près du pont, pour renforcer définitivement les capacités du château d'eau et mettre fin au calvaire des populations!
7 ans sont déjà passés et le même problème de pénurie d'eau demeure et l'on ne semble y voir aucun début de solution.
Ne cédant au découragement, les habitants de certains quartiers ont bien trouvé la solution: creuser des puits dans leurs cours et s'autonomiser complètement de la Sodeci. Investissement lourd à la réalisation mais bien rentable sur la durée puisque n'ayant plus de factures d'eau à payer sur la durée.
La seule usine sur pieds dans la ville étant I.D.H  avec son forage d'eau pour son activité, viens très souvent en aide à la population en leur permettant gracieusement d'y venir faire leurs réserves!
Question: quand prendra fin la pénurie d'eau dans la ville de Grand Lahou??
L'espoir faisant vivre osons ensemble rêver d'un Grand Lahou, ville entourée d'eau 
(fleuve Bandama, Lagune Tagba et l'Océan Atlantique) débarrassé de ce problème d'eau qui n'a que trop duré!

Constant Oryone Trésor



samedi 21 janvier 2017

GRAND LAHOU et ses nombreux bas-fonds


Ville au relief si accidenté!

Dans les années 70, vu la menace de disparition de la bande de terre ou  était localisée la ville de Grand Lahou, due à l'érosion côtière qui la menaçait déjà, les autorités de l'époque décidèrent de la transférer sur un site nouveau à près de dix-huit kilomètres de là!
Le site actuel fut donc trouvé et aménagé en conséquence avec construction des bureaux administratives et des logements modernes pour les populations à recaser et des lotissements aux terrains à coûts réduits, château d'eau, écoles primaires  et collège (le C.E.G de Grand lahou), l'hôpital, le bureau de poste etc.. Donc toutes les commodités et facilités pour inciter les populations de l'ancien site, menacé, à peupler le nouveau!

A mettre les pieds pour la première fois dans l'actuel Grand Lahou en connaissant ce pan de son histoire, l'on se demanderait bien: "n'y avait-il pas eu meilleur site pour le transfert de cette ville"??
La morphologie de la ville est principalement dominée par ce qu'on y appelle les Bas-fonds, d'énormes ravins bien profonds qui en défigurent bien le paysage!
Certains quartiers s'y font face mais l'on a obligation de faire le grand détour pour y aller à moins de descendre et remonter les côtes bien raides de ces bas-fonds embroussaillés avec tous les risques de faire piquer par des serpents, et arriver tout essoufflé et dégoulinant de sueur à sa destination! C'est le cas des quartiers Sogefia et N'zida juste en face de la Ville, du quartier Stade qui a le quartier Vingt Villa à son opposé et N'zida de l'autre. Aussi, depuis Sogefia, tout près du lycée Arsène Usher Assouan, l'on peut voir, de bien loin, la grande gare routière et même la route nationale appelée la Côtière mais juste la se trouve un énorme Bas-fonds pratiquement infranchissable, obligeant donc les population à faire le grand tour en passant par le quartier Gourosso, qui lui-même a de part et d'autre des bas-fonds plus au moins profonds!
On a même eu à constater que certains de ces Bas-fonds avaient servit de décharge public pendant des années avant de trouver autres espaces pour cette activité bien salissante et polluante!
Dans certains pays occidentaux, les bas-fonds sont appelés "Terrains Versants" et leur exploitation demandant beaucoup plus de moyens, ces lots étaient pour des personnes fortunées!
L'américaine, promotrice du superbe Hôtel le Ravin, l'a si bien comprise qu'elle y a déposé le plus beau réceptif hôtelier et touristique de la ville!
La suite est que la ville s'est agrandie tout en démultipliant sa population et les prix des terrains qui y étaient en dessous de cent mille francs les six cent mètre carrés caracolent à ce jour entre 300 et 500.000 FCFA minimum selon les zones! Dans le quartier résidentiel de 20 villas, les terrains y sont désormais en millions pour une ville sans grandes activités économiques et tenue par le pouvoir d'achat des fonctionnaires et, paradoxe…par l'impact de la consommation des nombreux élèves y fréquentant lycées et collèges!
Résultat: les pauvres ont acheté des terrains à bas prix dans ces bas-fonds et y ont créé des quartiers entiers avec des maisons aux loyers modérés permettant au moins fortunés d'avoir un modeste logis et surtout aux élèves sans tuteurs d'y louer leurs maison à l'année scolaire!
Il est même prouvé à grand lahou, qu'il y a beaucoup plus d'habitants dans ces bas-fonds là que dans les maisons modernes sur des terrains plats! C'est la principale raison pour laquelle le plan ORSEC qui avait demandé d'évacuer tous les bas-fonds de Grand Lahou considérés comme zone à risque en temps de pluies, n'a pas pu y prospérer, les populations l'ayant vigoureusement rejetée!
La seule zone où l'on trouve des terrains sur une grande superficie plate est bien  la zone de la gare routière jusqu'au village de Djoulabougou et aussi coté commissariat jusqu'à l'usine I.D.H sans oublié le quartier des 20 villas mais qui, à certains endroits, se voit limité par encore des Bas-fonds!
Un projet de lotissement de la palmeraie de Palmci, face à la gare routière, avait été annoncé pour le bonheur des populations mais depuis… silence radio!
Mais les populations se sont si bien accommodée à leurs bas-fonds qui intègrent pleinement leurs réalités et  ne s'en plaignent pas!
Quelqu'un en disait: "je préfère les bas-fonds de grand lahou, qui semblent bien discrets dans leurs trous, que le relief de la ville de Sassandra ou toute la laideur de la ville est bien perchée sur des collines qu'aucun visiteur ne peut rater"!

S'il y a mieux, c'est qu'il y a forcément pire!

Constant Oryone Trésor






jeudi 25 août 2016

UN NOUVEAU FESTIVAL POUR LA COTIERE!


BRAVOOOOO A BONINGO YOULE PUR CETTE MERVEILLEUSE INITIATIVE DE FAIRE UN FESTIVAL DES MUSIQUES DE LA CÔTIÈRE A JACQUEVILLE.....

SOYEZ PRÊTS A Y PARTICIPER MASSIVEMENT!

mercredi 27 juillet 2016

CES FESTIVAL QUI FONT HONNEUR ET ANIMENT TANT LE LITTORAL SUD IVOIRIEN!










FESTIVAL CLIMBIE BEACH D ASSINIE

CA DÉMARRE BIENTÔT!

ET CE SERA PLUS GRAAAAVE QUE LES ANNÉES PASSÉES!

APPELEZ DÉJÀ POUR RÉSERVER OU PROGRAMMEZ CA DANS VOTRE AGENDA!